Je n'arrive pas à dormir. C'est souvent le cas aprés une sortie.
Mais en plus cette fichue poitrine me fait mal depuis 5 jours, c'est insupportable.
Et puis ces pensées...

Depuis un moment, j'essaie de m'interdire de penser, ça fait partie de ma propre thérapie. Penser ça me déprime... C'est sans doute pour ça que les gens vivent à 100 à l'heure: pour éviter de penser.
Alors qu'on me ramenait chez moi aujourd'hui, j'ai regardé le ciel nocturne et j'ai pensé à la lune. La lune me fascine depuis toujours, mais à ce moment là, j'ai réalisé que j'étais vraiment comme elle. En presque tout ses aspects.
Les gens pensent en eux comme des soleils, j'aimerais en faire de même, je m'y efforce, mais au final je suis toujours une lune qui essaie de se persuader qu'elle est un soleil.

"Vieillir c'est nul", voila une autre pensée qui s'est infiltrée. Je vais assez bien maintenant pour le penser. Je veux dire que je n'ai plus autant peur, comme si aprés 5 ans je m'étais enfin résignée, accepté et faite à cette idée. Il est loin le temps de l'adolescence et des "toujours", en réalité ça n'existe pas les "toujours". L'éternité n'existe que sur la lune.
Je suis cependant satisfaite, en ce moment j'avance, je laisse les toujours derrière moi, avec pour certains, aucun regrêts. J'aspire à m'épanouir et à grandir, comme cette petite pousse de thym apparut sur mon balcon.

Mais il me manque quelque chose. Je comprends enfin le fait "d'avoir besoin", tout comme je comprends aussi bien que ce "besoin" est un vrai poison.

Maintenant mes jambes me font mal aussi... Déja qu'avant de partir j'avais une main enquilosée et une cheville douloureuse... Quelle idiote... Et dire que j'avais un paquets de pilule qui trainait sous tout mon bordel de medicaments... Je me frapperais, tiens. 

Mais bon je suis déja punie.

J'aimerais me fondre dans le silence de la nuit et ne plus penser à rien du tout.

Je suis comme la lune, d'un éclat trop faible, tournant autour de la Terre sans pouvoir l'atteindre, destinée à la solitude et cachant désormais son côté sombre à la face du monde et à elle même.

Mais en ce moment, il est dur de sourire.  

Mimiko.

lune-soleil-au-pole-nord