La suite, après un long moment d'arrêt. Désolé. 
Dans ce chapitre nous retrouvons Treize et son frère, on a un rapide topo de l'histoire de Sank,  ainsi qu'un vieux compère: Howard, dans une scene qu'on retrouve dans le tome 1 de Gundam Wing Endless Waltz The glory of losers tome 1.
Puis nous repartons pour le "présent" sur Mars, avec la décongélation lyrique de Heero, passage à nouveau gnangnan au possible, a peine sauvé par Duo junior. 

teardrop chapitre 1

Chapitre 1- partie 4

08 Avril 180 AC

Cinq ans étaient passés. Angélina n’était toujours pas sortie de l’hôpital. Treize avait neuf ans et Vingt en avait sept. Comme enfants, les deux garçons avaient d’excellents résultats académiques et le charisme nécessaire à être les leaders de leurs classes. La principale différence entre eux était que le corps de Vingt était naturellement faible quand Treize faisait de l’escrime, de l’équitation…était un sportif. Chaque vacance, ils ne manquaient pas de rendre visite à leur mère à l’hôpital.

 Un jour, alors qu’ils marchaient à travers les couloirs calmes de l’hôpital et qu’ils étaient sur le point d’entrer dans la chambre de leur mère, Vingt posa à Treize une question qui lui trottait dans la tête depuis quelques temps.

FT_TreizeVan 

-Treize, est-ce que tu aimes Mère ?

Treize n’avait pas l’intention d’éviter la question naïve de son petit frère, mais il ne pouvait pas non plus lui donner une réponse.

-Et toi ?

-Bien sur, je l’aime.

-C’est donc ça… bien, je suppose que c’est assez, non ? Déclara Treize avec un gentil sourire.

Vingt trouva alors qu’il y avait une ombre de tristesse sur les lèvres de son frère. Il ne poserait plus jamais cette question.

Ils entrèrent dans la chambre où Angélina fixait d’un regard absent le paysage derrière la fenêtre. Comme d’habitude ses yeux étaient dépourvus de vitalité ; il y avait un tel désespoir dans sa vie qu’il semblait qu’elle ne pouvait plus respirer. Tout deux lui racontèrent les évènements de leur journée scolaire et parlèrent de leur chat domestique [note débile de la traductrice : suis-je la seule à me marrer en imaginant Treize Khushrenada, colonel d’oz, en train de parler de son chat ???]. Ces sujets étaient juste triviaux, mais tous les deux, particulièrement Vingt, les reportaient en détail.  
Comme toujours, Angélina hochait de la tête mais quand ses yeux rencontraient ceux de Treize, elle ne manquait jamais de dire : « Ce monde vous appartient. Vous commanderez l’Espace et la Terre tous les deux. ». Treize n’était pas le type d’enfant à croire honnêtement ces mots, mais Vingt, cependant, était différent. Il prenait les mots de sa mère comme parole d’Evangile et croyait que son frère était né avec la tâche d’apporter la paix à l’Espace et la Terre.

La déclaration du Roi Peacecraft au sujet de son engagement pour un pacifisme total coïncida avec la naissance de sa fille, la Princesse Réléna. Un bref aperçu de l’histoire de Sank démontrait que le royaume scandinavien ne pouvait terminer aucun conflit géopolitique. Simplement posé, le mot « paix » était une métaphore des plus éloignée. Pauvre en ressource naturelles et possédant seulement une armée très modeste, Sank se retrouvait au milieu des conflits avec ses voisins et le pitoyable royaume était soumis aux désirs égoïstes des grandes nations européennes.
Il y eut un temps où Sank se transforma en un grand Etat militaire et lança des hostilités contre les autres pays. Ce fut l’occasion pour des armées dans le monde entier d’attaquer Sank, sans pitié ni considération, réduisant le pays en cendre.
Le peuple, ou plutôt, le pays tout entier était complétement appauvri et de vastes réparations étaient demandées. Ce fut le Roi Peacecraft lui-même qui s’occupa de ces remboursements avec une résolution déterminée. 
Il avait jusque-là versé le budget militaire national pour permettre l’avancement du domaine médical et ainsi, avait créé les meilleures installations au monde dans ce domaine. De plus, le système éducatif changea pour encourager les 1/3 des citoyens qui projetaient de devenirs docteurs ou infirmiers. Le pays devint un contributeur de haut niveau au développement des équipements médicaux et une diminution des pertes humaines au combat était parmi les accomplissements du Roi Peacecraft.

En juste quelques années, les dettes avaient été totalement remboursées. Et en plus ils avaient la crème des crèmes des docteurs qui furent dispatchés dans des aires où des combats avaient lieu pour pouvoir offrir des services médicaux gratuitement.   

Ainsi, Sank réussit à se départir de son image de nuisance militaire et gagna la confiance du Monde. Rapidement, les autres pays cessèrent de tenter d’assaillir Sank. C’était comme si le pays lui-même était devenu un hôpital. N’importe quelle armée qui attaquerait un hôpital serait sans aucun doute critiquée et pas un n’était assez impétueux pour commencer une dispute avec Sank- ça n’avait aucun intérêt.

Depuis sa campagne victorieuse, Sank avait, au fil du temps, développé une profonde et forte voix nationale et n’hésitait pas à l’utiliser dans un effort d’éradiquer la guerre de la Terre. 

Les exportations médicales étaient florissantes dans les Colonies et c’était le personnel médical de Sank qui résolva les problèmes de naissances dans l’Espace. Plus tard, Heero Yuy et le Roi Peacecraft se rencontrèrent à plusieurs reprises, mais leurs rapports rencontrèrent des difficultés. Toutefois, avec l’assassinat d’Heero Yuy en AC 175, Peacecraft perdit un fervent avocat de la paix et devint le partisan solitaire du pacifisme. Il stoppa temporairement ses activités pacifiques dans l’Espace et se concentra sur la Terre. Peu furent les pays qui approuvèrent ses actions, mais il insistait pour continuer sa course. Cela provoqua de plus sa déclaration de pacifisme total non militaire, non violent et anti-guerre.
Ceci allait apporter au Royaume de Sank sa plus grande tragédie, quelque chose que le prince Milliardo âgé de 11 ans et la tout juste née princesse Réléna [note de la pseudo traductrice : ouille, on a bug temporel là. Milliardo n’a pas 11 ans de plus que les pilotes de Gundam dans Gundam Wing… Car il n’a pas 25 ans dans GW, il a 19 ANS aussi bizarre que ça puisse paraitre ! ]  ne pouvaient pas imaginer. 12 mois après l’annonce, le Général Daigo Onegal de l’Alliance attaquait Sank, croyant que l’expansion des principes pacifistes était dangereuse.

Sank fut totalement détruit. Le Roi Peacecraft mourut dans la bataille mais ce qu’il advint des deux enfants resta un mystère.
Cela se passa en 182 AC.

HIVER 183 AC

Angelina, la mère de Treize fut placé dans un hôpital différent après la chute de Sank. On estimait qu’Hundert avait fait des préparatifs pour cela après avoir reçu des informations interne à l’Alliance. Toutefois, plutôt qu’un hôpital se trouvant au milieu des conflits de l’Union Terrestre,  elle fut envoyée dans une colonie du groupe L1 qui était spécialisée en médecine.

L1 fut choisi aussi probablement dans un effort de garder Treize et Vingt-sur qui autant les Khushrenada que la Fondation Romefeller avaient fondés leurs espoirs pour l’avenir-loin de leur mère malade.

Selon Treize, il n’était pas difficile de s’entendre avec son beau-père, Hundert. L’homme était sympathique quand leur mère n’était pas dans les parages et continuait à bien le traiter. Le comportement d’Hundert n’était pas tant le produit des sentiments analogues développé au fait de vivre ensemble, que sa conscience coupable qui le forçait à agir pour compenser les années de négligence envers sa famille.

Notez qu'un homme, qui pourrait réchapper de la noblesse vicieuse devait aussi posséder une conscience pour l'inciter ainsi à expier ses péchés, est vraiment un homme des échelons les plus hauts. Mais c’était Vingt qui aimait et respectait le plus Treize. Le garçon paraissait s’être donné lui-même la tâche d’assister son grand frère, le futur commandant en chef de Romefeller. Cependant, Treize grandissait d’enfant à adolescent mais il n’avait absolument aucun intérêt pour la Fondation ou pour les champs politico-royaux et rejetait son poste promis à Romefeller. Au lieu de cela            il s’enrôla dans l’école militaire de l’Alliance de la Sphère Terrestre Unifiée. Il avait seulement 12 ans.  Il avait fait cela si bien que la plus probable raison était son dégoût de la prédisposition de la noblesse au comportement sectaire et décida devenir un militaire. On peut aussi aisément imaginer que Treize avait fait la connexion avec ce qui était arrivé à Heero Yuy et le Royaume de Sank dans leurs derniers jours et comprit qu’aussi sublime le pacifisme pouvait être, ceux qui n’avaient pas le pouvoir étaient facilement contrés. Dans tous les cas, dans cette peine qui remplissait ses yeux, il semblait avoir découvert la valeur de sa propre vie.

Treize était aussi le premier de sa classe de l’école militaire. Son professeur était un Colonel Romefeller, dont la rumeur disait que c’était quelqu’un de bizarre, nommé Chilia Catalonia. Il était le jeune fils du répresentant actif de Romefeller, le Duc Dermail et le jeune frère de plusieurs années de Hundert Khushrenada (ouais bon en gros, Chilia est le beau oncle de Treize). Chilia avait une petite fille de deux ans nommée Dorothy et elle jouait fréquemment à l’école. Cette fille était une parente éloignée de Treize, extrêmement lumineuse et possédant un sourire saisissant.

Les choses qu’elle disait souvent provoquait les rires autour d’elle : « Quand je serais grande, je veux être l’épouse de Mr Treize ! ». Elle ne disait pas cela parce qu’elle voulait faire rire Treize, mais parce qu’elle y croyait vraiment. Elle semblait souhaiter honnêtement que Treize pourrait être réellement son frère et de son côté, Treize se comportait avec elle comme si elle était vraiment sa petite sœur. Chilia traitait alors Treize comme un brillant étudiant, et pas uniquement comme le neveu qu’il était et lui portait une attention particulière. Spécialement, il était passionné au sujet d’apprendre à Treize comment prendre en main les dernières armures mobiles, les techniques de batailles et la théorie des tactiques de guerre. La pensée prédominante de l’époque était que ces armures mobiles avaient été inactives sur le champ de bataille, comme un éléphant blanc (note de la traductrice : hum…. Une référence à l’Eléphant Blanc de la Birmanie ?????). Jusqu’alors, il n’y avait pas de preuves que ces machines fonctionnaient effectivement. Naturellement, Treize paraissait en accord avec le fait que ces armures mobiles aient une petite valeur comme arme de fabrication de guerre. Il était, toutefois, préparé à faire la rencontre de quelqu’un qui voudrait balayer cette idée d’un geste de la main. Cela se produisit quand le professeur Chilia l’amena en voyage dans la base de l’Alliance de Corse.  Debout sans aucune surveillance attendait l’inachevé armure mobile TallGeese.

La première impression de Treize du TallGeese ne fut pas très favorable. D’abord, il y avait la couleur. Cela avait été recouvert d’une peinture camouflage comme pour prouver que c’était bien une arme militaire. Il faisait penser au cavalier sans tête de la vieille légende nord-américaine puisque l’armure tenait sa tête dans ses propres bras.
Et a quoi avaient-ils pensé en l’appelant « Tall Geese » ? (Note de la traductrice : bein c’est vrai que ça veut dire « Grande oie », c’est pas très effrayant XD) Quoiqu’il ne pouvait pas imaginer appeler l’armure quelque chose comme «  Le Faucheur » ou « Le Faiseur de Miracle ». Des scientifiques qui avaient développés le robot, un homme, encore sur la base, travaillait en ce moment comme conseiller technique. Treize approcha l’homme qui semblait d’une extrême nonchalance et qui portait une chemise hawaïenne et des lunettes de soleil. Il fallait rajouter qu’il sommeillait sur une chaise de plage.

« Mon nom est Treize Kushrenada. J’ai une question pour le conseiller technique. »

L’homme aux lunettes de soleil semblait n’avoir aucune intention de lui répondre car il présenta son dos au jeune homme et se gratta le derrière.

« Je crois cette machine incapable d’agir efficacement dans un champ de bataille. »

Elle pouvait peut être être très mobile, l’armure était assez lourde pour la rendre remarquablement difficile à manœuvrer. Ce n’était pas acceptable pour une assistance dans le feu du combat, ni pour briser les forces ennemies de la ligne de front. Ces zones étaient à laisser aux Aries et leur mobilité améliorée ou aux armures lourdes qu’étaient les Léos, et pour finir aux Tragos qui offraient un support indirect suffisant.

« C’est mon humble opinion, mais quelle est celle du conseiller technique ? »

L’homme – Howard, le conseiller technique – renifla, mais répondit à la question, bien que sans se donner la peine de regarder Treize.

« C’est ce que tu penserais si tu places ce mobil suit dans un de ces foutus corps ou division.”

Treize échouait à comprendre. Comment pourrait-il être utilisé si ce n’était dans un corps ou une division ?

« Cette machine, le TallGeese, est conçu pour faire face à un millier d’assaillant à la fois, et ce, tout seul. Originellement, les mobile suits étaient supposés être utilisés à cet effet.”

Finalement, Treize comprenait quelles étaient les utilisations pratiques qui étaient attendues de cette machine. Dans toute l’histoire de la guerre, il était généralement dit que celui qui avait la supériorité numérique avait certainement aussi la victoire. Même contre l’élite, si l’ennemi à une plus grande puissance de feu, il peut renverser l’opposition et obtenir la victoire avec un court combat. C’était considéré comme le meilleur des plans. Néanmoins, les développeurs du TallGeese avaient contournés cette sagesse conventionnelle et conçu un mobile suit contraire à l’idéal accepté. Mais… Dans le meilleur des cas, l’armure avait juste une seule fonction et ça ne semblait pas très efficace.

« Ca sonne exactement comme le héros d’un conte de fée » Pensait Treize avec scepticisme.

Une machine de guerre qui peut décider le cours d’un combat avec un seul coup.
Une forteresse mobile.

Même si une telle chose existait vraiment et était opérationnelle, il n’y aurait aucun pilote capable de la manœuvrer.  

« Peut être si j’étais le pilote…” A ce moment, les pensées de Treize firent un demi-tour complet à 180°. « Ce ne serait pas impossible. »

Treize ne lâcha pas cette pensée. C’était devenu une fois pour toute caractéristique de lui et quelque chose que la moyenne des hommes pouvait difficilement faire. « Ce que le champ de bataille a besoin, ce n’est pas de la masse de plus ou moins bon pilotes parfait, mais d’un seul héros. » Sans doute, cela réduirait les fatals sacrifices vide de sens. « Cela pourrait être juste l’arme parfaite… »

«J’ai une requête.”

“Hum?” Howard demanda à Treize de répéter ce qu’il avait murmuré.

« J’ai une requête pour vous. » Déclara Treize, les yeux brillants. «  Connaissant cela, le moment venu, ça devrait être moi qui piloterai le TallGeese. »

« Oh ? »

« Mais cette peinture camouflage doit disparaitre. N’y a-t-il pas de couleurs qui conviennent mieux à ce héros ? »

« C’est juste ce à quoi je pensais… Une idée ?”

“Quelque chose d’élégant.”

“…”

“Peint dans une élégante couleur.” [tu te répètes coco]

Howard peignis plus tard le TallGeese d’un blanc immaculé [sûr que les traces de poussières c’est super élégant…]. Toutefois, il finira par être piloté par l’homme surnommé le « Conte Foudroyant » [euuuh « The Lightning Count »  je sais plus quel est l’équivalent français] Zechs Merquise. Il s’écoulera douze années avant que Treize ne revoit à nouveau le TallGeese, le General Zechs l’ayant apporté au Luxembourg. A cet instant Treize donna ses impressions comme si c’était la première fois qu’il le voyait.

« Donc, voici le TallGeese… Je vois que ce n’est pas juste une autre machine… Rien que Zechs ne puisse pas prendre en main. »

Bien sûr, Treize n’avait pas oublié vraiment le TallGeese. Le problème résidait en Lady Une. Elle n’avait pas entièrement compris tout ce qu’elle devait savoir à propos d’Oz. A l’ignorante Lady Une, Treize  choisit simplement de ne pas révéler son vrai lui. L’habitude de Treize de cacher ses vraies intentions lui avait été acquise de l’époque où il était cadet à l’académie. Il était possible que la seule personne à qui il s’était jamais révélé était Dorothy Catalonia. A tous les autres, il avait coutume de garder un certain niveau de distance.

Treize ne considérait pas, à l’époque, que les mobile suits devaient se battre ou être stratégiquement utilisé en solo pendant une bataille. Dans les années suivantes, cependant, Treize travailla sur le développement et la production de mobile suits pour le combat réel  et, à travers l’organisation OZ, l’unité de mobile suits appelé les « Spécials » fut créée. De plus, pendant le coup d’état de l’Opération « DayBreak » [ou « Point du Jour » je crois que ça a été traduit dans l’anime »], ce fut Treize qui développa la stratégie par laquelle l’autorité de l’Alliance de la Sphere Terrestre Unifiée fut usurpée en quelques jours. Ce fut considéré comme sa plus grande œuvre et s'il ne l'avait pas accompli, l'existence meme de la technologie mobile suit aurait été compromise. TallGeese II et TallGeese III furent planifié et achevé en succession. Et plus après, les idées du plan d’Howard réapparurent en la plus puissante mobile suit de l’histoire : le Gundam Epyon.

Il n’y eu nul autre que Treize pour le lâcher sur le monde. 

MC-022 Hiver Suivant [bizarre comme formulation, mais c’est bien celle qui apparait dans la version originale]

Soudainement, l’alarme se déclencha. Surprise, Je retirai les lunettes virtuelles et levai la tête. L’alarme résonnait parce que Maitre Chang avait commencé à lancer certains équipements. Sous la lumière de la balise d’avertissement, une section du mur du fond glissait et disparaissait. Une rafale d’air froid balaya la pièce et à travers ce vide blanc, la capsule cryogénique se plaça d’elle-même dans la chambre libérée. La lumière pouvait être décrite comme solennelle ou sublime. Cela ressemblait à une larme gelée [« frozen teardrop » XP]. Le brouillard s’éclaircit, mais la capsule était déjà révélée dans son intégrité. La capsule extérieure mesurait plus  de 3 mètres de hauteur et était joliment décorée comme un ange avec ses ailes repliées autour de la Belle au Bois Dormant, la Princesse Aurore. Le visage d’Aurore était celui d’une belle fille. Il m’était familier, pensais-je, mais je ne pouvais pas tout à fait me rappeler à qui cet ange me faisait penser.

« Réveiller Princesse Aurore » fit Maitre Chang alors qu’il touchait le panneau de contrôle. Avec un bip, les belles et protectrices ailes s’ouvrirent avec magnificence [ avec ça si on a pas compris qu’elles sont belles ces ailes…]. Le brouillard se dissipa avec un air chaud et je remarquai qu’à l’intérieur de la Princesse Aurore, il y avait une autre capsule faite d’un matériau transparent. Un nombre incalculable de gouttelettes d’eau le recouvrirent, elles reflétaient la lumière de la balise d’avertissement et de la pièce en une myriade de couleurs. Cela brillait comme les lumières de l’Aurore Boréale. Tout comme l’eau coulant de la capsule.

« Dégel commencé »

Dans les bras d’Aurore reposait la vraie capsule cryogénique et cela semblait comme si la princesse la tenait en une éternelle étreinte amoureuse. [gnagnagna… *désespoir de la traductrice*.]

« Maintenant, tout ce que nous devons faire c’est attendre… » Père Maxwell tapota mon épaule avec chaleur. De plus en plus de gouttelettes se collectaient sur la vitre de la capsule interne que tenait la Princesse Aurore dans ses doux bras. Après un long moment, nous fumes capable de voir le visage de la personne qui avait été congelé à l’intérieur.

« Est-ce déjà terminé ?” Demanda Duo devant nous. « Ce fut plutôt rapide.” [C’est Duo junior qui parle]

“Non, ce n’est pas encore terminé. Tu dormais? [C’est surement Duo le premier du nom qui parle, en rapport avec Duo junior qui boudait sur le canapé avant le blabla sur Treize]

“Tu es chiant. Je ne pouvais même pas dormir.”

«Assis-toi. » 

Mais sans les lunettes virtuelles, j’étais déchirée entre la Princesse Aurore et les documents du holomoniteur, les regardant tour à tour. J’avais le même sentiment d’ennui que Duo.

La personne à l’intérieur de la capsule, c’était un garçon. Il avait le même nom que le légendaire leader des colonies : Heero Yuy.

Ce garçon s’était vu donné ce nom de code et avait continué le combat comme un pilote de Gundam.    

A suivre...

 

Non, ce n'est pas encore la fin du premier tome ^^. 

EDIT: Correction de Asuka rajoutée ET j'ai ouvert une page facebook ne contenant que la traduction pour ceux qui voudraient la suivre: https://www.facebook.com/frozenteardropproject

Mimiko.